Des manches pour les ustensiles / Mangos par los utensilios

Quand la pluie tarde à venir, les Stagiaires ne peuvent pas rester oisifs, ils préparent des choses utiles pour le futur en prévision de besoins et des usures des instruments. Entre eux, les manches pour les houes, pioches, pelles, râteaux, …

A veces la lluvia se retrasa y los ‘Stagiaires’ no pueden perder el tiempo. Esos días se aprovechan para preparar cosas útiles según las necesidades o el deterioro de los utensilios. Entre otros, preparan mangos para las azadas, picos, palas, rastrillos, etc.

Fabrication du charbon de bois

Les nombreux arbres du CFRT sont taillés au moment opportun et à un rythme biannuel.  Le bois obtenu sert de bois de chauffe aux familles stagiaires. Les grosses branches et les arbres séchés servent à faire le charbon de bois. Les stagiaires s’en servent ou ils le vendent, étant donné qu’il est très recherché dans les marchés des environs et surtout dans la ville de Dapaong.

La plantation de nouveaux arbres continue comme par le passé. C’est  très délicat, presque une œuvre d’artiste. Les arbres naissent et grandissent spontanément, mais ceux qu’on plante ont une chance sur dix de réussir, vues les exigences locales de la nature, les animaux et l’homme. Nous remplaçons les arbres morts et nous essayons de gagner toujours un peu aux sols stériles.

Élaboration du compost

Plus élaboré que le simple apport de feuilles au sol à cultiver, est l’élaboration du compost. Il est préparé par une partie de la couche de feuilles, de détritus des récoltes, du lit des brebis, des vaches et de bœufs, le feuillage de la taille des arbres des chemins et de l’habitat.

C’est une autre manière d’enrichir le sol. On le fait depuis plusieurs années et maintenant on applique la méthode toute simple que montre la photo à l’ombre des grands arbres, après avoir essayé plusieurs autres. Cette année nous pourrons laisser de côté presque tout l’engrais chimique.  On obtient ainsi des produits « bio » qui commencent à être appréciés dans notre secteur.  Cela compense l’effort déployé au début de la campagne agricole.

Enrichir de feuilles les champs

Le CFRT a beaucoup d’arbres. Les chemins en sont bordés tout au long de quelques 6 Km de parcours. C’est une richesse qui a été créé par nos prédécesseurs depuis  la création du Centre. Ils les ont plantés et entretenus en les arrosant les deux premières années, en évitant la bouche des chèvres, moutons et bœufs et surtout, une fois grandis, empêcher le coupe-coupe ou machette des habitants de la région qui en ont besoin pour construire la couverture de leur maison ou des paillottes.

Grâce à cela, le CFRT est devenu un paradis verdoyant. Les nombreuses feuilles  qui tombent plusieurs fois par an deviennent une richesse formidable pour l’enrichissement des champs. Leur récolte et transport constitue un des travaux des stagiaires à la rentrée de l’année agricole : la préparation des champs avant l’arrivée des pluies.

Les poussins de pondeuses

Ces poussins de la photo ont été achetés à Lomé et ils ont dû faire la route vers Tami pendant 12 heures, arrivant quad même en parfait état. Il s’agit de poussins qui deviendront de poules pondeuses. Ils mangent beaucoup et pendant quelques semaines doivent être protégés de la fraîcheur qui génèrent la pluie et le vent. C’est le motif qui a conduit à les placer dans cette sorte de poulailler fabriqué avec de lames d’isorelle. Devenues adultes, les poules arrivent à pondre presque un œuf par jours d’après l’expérience du passé. Les œufs s’écoulent assez facilement à Dapaong, ville proche de Tami qui a une population de 50.000 habitants, dont un bon nombre des déplacés à la recherche de travail. Les œufs constituent l’alimentation la plus économique.

FaLang translation system by Faboba