Introduction
Personnel du centre
Les familles du centre
La formation des stagiaires
La formation des enfants
Agriculture et production agricole
Élevage
Sessions de l'INADES
Agenda
Travaux et améliorations
Suivi et activités avec les anciens stagiaires
Cooperation CFRT - UDL
Rapport financier
Remerciements
Conclusions
  Nouvelles de Tami

1. - INTRODUCTION :

Le Centre de Formation Rurale de Tami (C.F.R.T.) a commencé sa campagne agricole le 6 avril 1999 avec l'arrivée de 24 familles, 12 de première année et 12 de deuxième année et le Centre a fini ses activités le 22 janvier 2000.

Les années se succèdent, se ressemblent mais ne sont pas les mêmes. L'expérience d'une année nous sert pour améliorer la suivante et les circonstances et les personnes qui nous entourent nous aident à progresser et devenir plus sages.

La dernière campagne a été caractérisée par :

La climatologie : Facteur fondamental pour l'agriculture, surtout celle de notre région. Cette année le facteur météorologique a conditionné le rendement des récoltes de la région. Le rendement, dans beaucoup de produits a été inférieur à celui de l'année passée. Nous pensons au coton, aux arachides et au soja. La quantité de pluie a été semblable aux années précédentes mais elle était mal répartie. La pluie de mai, juin et moitié de juillet n'a pas permis les labours champêtres. A partir de la mi-juillet les pluies ont été abondantes et à certains moments excessives. Le résultat était : routes coupées, champs inondés, ponts cassés, récoltes détruites, etc.

Les pluies se sont arrêtées à la mi-octobre et certaines cultures ont souffert de la sécheresse. Les arachides ont causé beaucoup des problèmes pour leur récolte.

Les personnes : Les familles du centre, adultes et enfants ensemble, sont notre première et principale préoccupation. Toutes les activités ont comme finalité que toutes les personnes puisent bénéficier, se former et se sentir à l'aise. Le problème se pose lorsque nous travaillons en longueurs d'ondes différentes. Nous pensons que les gens viennent au centre pour se former, eux-mêmes le disent, et la réalité est que la plupart viennent pour tirer seulement un bénéfice matériel. Le malentendu reste présent tout le temps et vers la fin du stage les actes montrent la véritable intention des auteurs. Si les pluies avaient été normales, la récolte aurait été aussi normale et rien ne serait arrivé. Les circonstances ont fait que ceux qui cherchaient seulement la bonne fortune, rentrent à la maison disant que ce n'est pas la peine d'aller au Centre. Ceux qui devaient faire la deuxième année (7 sur 12) décident de ne pas revenir parce que la formation ne les intéresse pas.

Si nous continuons à analyser le problème nous trouvons un autre malentendu, c'est que lorsque les stagiaires viennent au Centre, c'est le Centre qui doit les nourrir, par conséquent la grande famille ne veut pas leur donner les vivres nécessaires pour arriver à surmonter la période difficile de la soudure, pour arriver jusqu'à la première récolte. L'année passée les familles sont venues les mains dans les poches, sans même un sac de maïs. Le centre pour éviter d'autres maux, par exemple, tu empruntes un sac et tu en rends deux, (même entre chrétiens), a avancé 42 sacs de maïs et 26 d'arachides, lorsqu'il ne restait plus rien au magasin au mois d'août le centre a avancé plus de 350.000 francs CFA pour que les familles puissent manger. Lorsque le moment de faire les comptes est arrivé certaines familles avaient mangé à l'avance la récolte qu'elles n'avaient pas encore ramassée. Une fois de plus se pose le sérieux problème de la gestion des récoltes dont beaucoup de gens ne veulent pas entendre parler, préférant vivre au jour le jour et manger quand il y a de quoi.

La famille au village, qui n'a pas voulu donner de la nourriture à ceux qui allaient au centre, exige que quand le stagiaire retourne, il apporte beaucoup de choses du centre. Malheureusement cette année ils sont rentrés avec un ou deux sacs de maïs, un peu de soja, un sac de riz et un sac d'arachides, … et après avoir mangé toute l'année. C'est normal que la famille du village ne soit pas contente!

Bien que l'année n'ait pas été facile il y a eu de bons moments, la naissance de 5 filles et 5 garçons, la foire agricole, les différentes visites au centre, les fêtes de Noël et du Nouvel An, le stage de Josep Miquel, l'arrivée du conteneur et les partage des habits, et on est arrivé à la fin de l'année en bonne santé.


2. - PERSONNEL DU CENTRE:

Les activités de formation du centre ont été animées par:

1. - Frère Felipe García :
Directeur, économe du centre et chargé du suivi des anciens stagiaires. Alphabétisation d'adultes et d'enfants.

2. - Frère Denis Gnegbé :
Directeur adjoint et chargé de l'exploitation agricole.

3. - Frère Privat Dablé :
Chargé de l'entretient des machines et de la mécanique. Alphabétisation d'adultes et d'enfants.

4. - Frère Manuel Gil :
Présent au Centre du premier avril jusqu'au 15 août. Il est rentré en Espagne à cause de la santé. Chargé de la ferme. Cours d'alphabétisation d'enfants et d'adultes.

5. - Monsieur Emanuel Mone Lakpisso :
Moniteur, accompagne les stagiaires dans les tâches agricoles. Accompagne le Fr. Felipe dans les activités du suivi et traduit le moba. L fait cours d'alphabétisation d'adultes.

6. - Madame Philomène Kolani Nimombé :
Monitrice, accompagne les femmes dans les travaux champêtres. Fait cours d'alphabétisation d'adultes, couture, tricotage, économie familiales, et cuisine.

7. - Madame Agnèse Pene Matéyendou Nardjum :
Animatrice, chargée des petits enfants du centre lorsque les mamans sont aux champs. Cours d'alphabétisation, tricotage et couture pour les gardiennes( fillettes qui s'occupent des petits enfants et aident aux familles dans les tâches domestiques). Cours de cuisine aux femmes.

8. - Monsieur Kombate Lalle :
Berger.

9. - Monsieur Mante Morou :
Chargé de la ferme et du jardin potager.

10. - Monsieur Joël :
Assure les cours d'élevage une fois par semaine.

11. - Josep Miquel Ubalde :
Stagiaire au Centre pendant 4 mois (octobre -janvier) Etudiant en cinquième année d'ingénieur forestier à l'Université de Lleida (Espagne). Il a fait un stage au Centre pour préparer son projet de fin d'études sur la protection des sols et eaux au C.F.R.T.

 


 

3. - LES FAMILLES DU CENTRE

Maison

NOM de l'homme

NOM de la femme

Cours

Enf
-5
ans

Enf
+ 5
ans

Village

1

KANA Douti Nanlieb Lilabik 2 2 2 Kloumassi

2

NAMIDIEGOU Lamboni Yambandjoi Mila 1 0 0 Tonte

3

LARE Baritché Soubine 1 2 2 Poimongue

4

GANI Lorempo Motaag 2 2 1 Naboigbare

5

LARE Kodjo Talipak 2 2 2 Toumone

6

KOMBATE Libatibe Pakdika 1 1 1 Tanlongue

7

KOMBATE Kombondjoia Yédika 2 2 2 Tanlona

8

MOIGOU Laré Djabiongou Wani 1 1 0 Tanlona

9

KOLANI Dame Tilate 2 2 1 Nampante

10

GANGUE Banfantine Bina 1 2 1 Bouyème

11

LARE Aboudoulaye Mariama 1 3 1 Topiète

12

MOKITIBE Feikandine Kanbanibe 2 1 1 Topiète

13

LARE Toilibote Sibite Tenkpile 2 2 1 Poimongue

14

NAKADAME Sibite Lariba 1 1 1 Nakre

15

TAMBATE Tchinliègue Biyakoia 2 3 1 Bouyème

16

LENGUE Yendouban Koussague 1 1 1 Bouyème

17

DOUTI Kodjo Dimbiani 1 1 1 Nawong

18

KOMBATE Sambiani Adjoia 1 1 1 Mandjoiak

19

KOMBATE Kombiani Tchima 2 1 1 Poimongue

20

KOMBATE Kampatimame Nanguimame 2 3 2 Bonpak

21

LARE Douti Torémain Tinguimiète 2 2 2 Sanfoigue

22

KOMBATE Mobire Yendougale 1 1 1 Tanlongue

23

TIMOUNE Téné Amina 2 1 1 Natcharé

24

KOMBATE Bitien Lariba 1 1 1 Kog Tami

Depuis le mois d'avril il y a eu 24 familles, 12 de première année et 12 de deuxième année. 38 enfants de mois de 5 ans et 28 enfants de plus de 5 ans. 5 garçons et 5 filles sont nées au cours du stage. Le premier le 27 avril et le dernier le 23 décembre.


4. - LA FORMATION DES STAGIAIRES :

4.1. L'Emploi du temps :

  LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI
5h30 –11h Travail Manuel Travail Manuel Travail Manuel Travail Manuel Travail Manuel

10h.30. Réunion de l’équipe avec
les stagiaires

5H30 –10H
Travail Manuel
11h – 14h R E P O S 10 – 12
Entretien
Centre
14h – 15h Alphabétisation Alphabétisation Alphabétisation Alphabétisation NOVIFA/
Culture Maraîchere
(alternes)
Repos
15h – 16h Sylviculture (Hommes)
Arts Ménageres (F)
Économie
Familiale
INADES
Arts Ménageres (F)
Agriculture Élevage Repos
16h – 17h30 Travail Manuel Travail Manuel Travail Manuel Travail Manuel Travail Manuel Repos

EMPLOI DU TEMPS POUR LES STAGIAIRES 1999

Les femmes commencent le matin à 6h et finissent le travail à 17h.

Tous les jeudis de 7h à 8h30 il y a cours de cuisine pour les femmes et gardiennes.

Depuis le commencement de l'année nous avons insisté beaucoup sur la formation. La formation est théorique et pratique. Une attention particulière a été portée au cours d'alphabétisation d'adultes. Les hommes et les femmes ont suivi les cours ensemble, partagés en groupes selon leur niveau. Il y avait un groupe de 5 hommes capables de comprendre, parler et écrire le français. Suivait un autre groupe de 4 qui comprenaient et parlaient un peu le français, seulement des hommes. Le reste des stagiaires, hommes et femmes n'arrivaient pas à parler et difficilement à comprendre. Nous avons formé 3 groupes avec ceux qui restaient.

Nous pouvons dire que les cours d'alphabétisation ont été utiles et tous ont progressé. Il y a eu des femmes qui sont passé de rien lire, écrire, à comprendre et parler un peu. C'est à dire avoir la base pour pouvoir continuer si selon les circonstances.

Les reste de cours théoriques, certains étaient communs pour hommes et femmes : culture maraîchère, agriculture, élevage, économie familiale et NO.VI.FA. Les hommes avaient les cours INADES et sylviculture. Les femmes arts ménagers et cuisine.

4.2. Cours théoriques : Voici les grandes lignes :

4.2.1. ELEVAGE :

4.2.1.1. Importance socio-économique de l'élevage.

4.2.1.2. L'aviculture traditionnelle améliorée.

4.2.1.3. La porciculture traditionnelle améliorée.

4.2.1.4. L'élevage de petits ruminants.

4.2.1.5. La cuniculture.

4.2.1.6. La peste aviaire ou de New Castle.

4.2.1.7. La variole aviaire.

4.2.1.8. La salmonellose aviaire ou la diarrhée blanche.

4.2.1.9. La pneumonie chez les petits ruminants.

4.2.1.10. Le parasitisme chez les ruminants.

4.2.2 ECONOMIE FAMILIALE :

4.2.2.1. Qu'est-ce que c'est l'économie familiale ?

4.2.2.2. Vivre avec l'argent.

4.2.2.3. Voir loin.

4.2.2.4. Les problèmes du budget.

4.2.2.5. Comment faire un budget ?

4.2.2.6. La sagesse du budget.

4.2.3 AGRICULTURE SPECIALE:

4.2.3.1. Introduction

4.2.3.2. Le sorgho: culture, parasites, rendement, usages.

4.2.3.3. Le mil : caractères généraux, botanique, espèces et variétés, culture, usages, parasites, ennemis.

4.2.3.4.Le maïs : Généralités, espèces et variétés, culture, récolte et rendement, usages et ennemis.

4.2.3.5. Le riz : Généralités et caractères botaniques, espèces et variétés, exigences, culture, ennemis, usages.

4.2.3.6. L'arachide : Condition de culture, récolte et rendement, usage et commerce, ennemis.

4.2.3.7. Le haricot : Culture, espèces, récolte et rendement.

4.2.3.8. Le soja : Généralités, variétés, rendement et usages.

4.2.3.9. Le coton : Conditions de culture, ennemis, usages, rendement.

4.2.4. ARTS MENAGERS :

4.2.4.1. Couture

4.2.4.2. Tricotage

4.2.4.3. Crochetage

4.2.4.4. Cuisine

4.2.5. PUERICULTURE :

4.2.5.1. L'hygiène

4.2.5.2. Les maladies infantiles

4.2.5.3. Programme d'une journée

4.2.5.4. La courbe de poids

4.2.5.5. Les aliments

4.2.5.6. Le nouveau-né

4.2.6. HYGIENE :

4.2.6.1. Hygiène du corps

4.2.6.2. Hygiène de l'eau

4.2.6.3. Hygiène de la concession

4.2.7. AGRICULTURE GENERALE :

4.2.7.1. Pourquoi apprendre le métier d'agriculture ?

4.2.7.2. Comment choisir un champ ?

4.2.7.3. Comment préparer un champ ?

4.2.7.4. Comment labourer un champ ?

4.2.7.5. Comment semer ?

4.2.7.6. Comment faire les travaux d'entretien ?

4.2.7.7. Comment récolter ?

4.2.7.8. Comment améliorer un sol ? Les différents types d'amélioration d'un sol.

4.2.7.9. Comment protéger les plantes ?

4.2.7.10. Les calculs de l'agriculteur

4.2.7.11. Les différents comptes d'exploitation

4.2.7.12. Les dépenses de l'agriculteur

4.2.7.13. Vivre mieux au village.

4.2.7.14. Pourquoi faire des groupements ?

4.2.7.15. Comment utiliser un crédit ?

4.2.7.16. Les différents outils d'un agriculteur.

4.2.8. COURS DE SYLVICULTURE :

4.2.8.1. Introduction à la sylviculture

4.2.8.2. Importance du reboisement

4.2.8.3. Les différentes utilisations d'un arbre.

4.2.8.4. Les différentes essences rencontrées.

4.2.8.5. Les différents types de multiplication

4.2.8.6. Les travaux pratiques

4.2.9. NO.VI.FA. :

4.2.9.1. Femme et mère.

4.2.9.2. Les organes génitaux de la femme.

4.2.9.3. Le cycle féminin.

4.2.9.4. Les organes génitaux de l'homme.

4.2.9.5. La Fécondation.

4.2.9.6. Le début de la grossesse.

4.2.9.7. La fin de la grossesse.

4.2.9.8. L'accouchement.

4.2.9.9. Les premiers soins de l'enfant.

4.2.9.10. Quelques questions importantes sur les jumeaux, la stérilité.

4.2.9.11.Les M.S.T., le SIDA.

4.2.10. LES COURS DE CUISINE :

Les cours de cuisine pratique ont été adressés aux femmes et aux gardiennes. Ces cours ont comme finalité d'apprendre aux femmes à varier et à enrichir la cuisine traditionnelle africaine, et à utiliser d'autres produits qu'on peut trouver sur le marché facilement comme : les macaronis, le couscous, spaghettis. Leur apprendre aussi à utiliser les légumes frais du jardin potager.


5. - LA FORMATION DES ENFANTS :

Traditionnellement la formation du centre était prévue pour les adultes seulement. Les gardiennes et les enfants étaient simplement là. Depuis quelques années le centre s'est rendu compte que les gardiennes et les enfants pouvaient eux aussi bénéficier de leur séjour au centre pour se former.

Cette année, les gardiennes et les enfants âgés de plus de cinq ans, ont suivi les cours d'alphabétisation, 3 heures par jour ; les cours de cuisine avec les femmes et les cours de couture et tricotage.

La formation que les gardiennes reçoivent au Centre sera la seule formation avant de les donner en mariage dans quelques années.

La difficulté que nous avons trouvée est que les gardiennes et les familles mêmes sont très réticentes à ce qu'elles aillent à l'école.

Certains de ces enfants ont bien profité des cours et ont beaucoup progressé en lecture, écriture et communication.

Pendant que les gardiennes sont aux cours l'animatrice s'occupe des bébés et petits enfants et organise des activités adéquates à leur âge. Ces activités leur permettront de mieux se préparer pour l'école primaire.

Voici l'emploi du temps pour les gardiennes :

EMPLOI DU TEMPS POUR LES GARDIENNES 1999

  LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI
7H – 8H LECTURE/
ECRITURE
CUISINE LECTURE/
ECRITURE
LECTURE/
ECRITURE
LECTURE/
ECRITURE
8H – 9H REVISION CUISINE REVISION REVISION REVISION
9H – 10H LECTURE LECTURE LECTURE LECTURE LECTURE
10H - 11H CALCUL CALCUL CALCUL CALCUL CALCUL
15H – 16H ARTS ME. ARATS ME. ARTS ME. ARTS ME. ARTS ME.

6. - AGRICULTURE ET PRODUCTION AGRICOLE :

Nous avons débuté les activités agricoles au début avril avec les travaux suivants pour préparer les champs :

6.1. Élaguer les arbres du centre et des champs.

6.2. Vider les fosses de compost et de fumier pour le transporter aux champs.

6.3.Arracher les cotonniers et les mauvaises herbes.

6.4. Transport des cailloux pour réparer les diguettes.

6.5. Construction d'une digue au marigot pour retenir l'eau. Cette activité n'a pas réussi étant donné que la digue a été emportée par une forte pluie quelque mois plus tard.

6.6. Premiers labours des champs avec le tracteur.

6.7. Billonnage et semis.

Nous avons semé 42,5 hectares de cultures vivrières : sorgho, mil, maïs, soja, arachides, riz et 6 hectares de coton.

Après une pluie de 36 l/m2 le 25 mai nous avons semé le champ de sorgho rouge et quelques jours plus tard le petit mil de 3 mois. La germination n'a pas été bonne par manque d'humidité.

Le 22 juin après une pluie nous avons encore semé une partie du sorgho et du mil.

Comme les pluies ne venaient pas nous avons semé à sec le coton, une partie du coton a germé et l'autre nous l'avons semée une autre fois après une pluie.

A partir du 10 juillet la pluie tombe régulièrement et nous devons accélérer les semailles des autres produits : maïs, arachide, soja, et riz. L'excès d'eau commence à nous causer des problèmes. Les terrains latéritiques sont capables d'absorber l'eau mais les argileux se sont inondés. Les plantes ne poussent pas et les travaux de sarclage et buttage sont mal faits. 2 hectares de coton, 3 de petit mil, 4 de maïs, et 3 de soja ont eu un rendement très faible à cause de l'excès d'eau.

Les stagiaires n'arrivent pas à faire correctement les travaux d'entretien des cultures, cela cause aussi une baisse dans le rendement de ces cultures.

A partir du premier septembre commence la récolte du petit mil qui se voit souvent interrompue par les fortes et fréquentes pluies. Les stagiaires se dépêchent à battre le petit mil pour avoir de la nourriture pour manger et vendre, même si c'est à un prix ridicule, 50 francs CFA le kilo.

Le sorgho rouge comme il n'avait pas été entretenu, a eu un rendement très faible, les 7 hectares ont donné 2095 kilos.

A partir de novembre nous récoltons le soja, le maïs, le coton, le riz et les arachides. Comme le sol était très sec et la terre très dure la récolte des arachides a causé beaucoup de problèmes, une partie de la récolte est restée au champ pour les cochons.

Bien que le maïs soit sur les aires depuis longtemps, nous avons laissé pour la fin le battage. Enlever la spathe a pris les premières semaines de janvier.

PRODUCTION AGRICOLE AU C. F. R. de TAMI : CAMPAGNE 1999.

 

Surface
en m2

Poids de la récolte

Rendement à l’hectare en kg

Poids de semences en kg

Poids pour la cuisine en kg

Poids pour le centre en kg

Reste à partager en kg

Poids par stagiaire en kg

Prix moyen fr/kg

Prix total par famille

Petit mil

72250

6689

925,7

110

119

 

6.460

269,15

85

22878

Sorgho rouge

70870

2095

295,6

110

 

119

1866

77,75

100

7775

Maïs

122835

22630

1842,30

336

112

448

21562

898,4

90

80856

Arachide RMP12

70870

2083

297,57

270

40

 

1773

73,87

85

6278

Soja

71495

2327

332,42

110

105

210

2167

83,62

125

10452

Riz

16247

2451

1500

200

95

 

2156

89,83

85

7635

TOTAL

424567

38.275

 

1136

352

 

35.984

1492,62

 

135874

Coton

60975

4900

804,60

     

528720 fr.

22030 fr

180

22030

   

Dépenses communes par famille = 35833

162794 -35833= 126.961

7. - ELEVAGE :

Dans le programme de formation du Centre, l'élevage est très important. La formation qu'on y reçoit dans ce domaine est théorique et pratique.

Le berger, le chargé de la ferme et les stagiaires s'occupent de l'entretien de la ferme. Le vétérinaire vient régulièrement pour suivre la santé des animaux et les stagiaires sont présents pour voir le travail et les explications.

La longue saison sèche a fait que les animaux n'avaient presque rien à manger. Le manque de nourriture a causé la mortalité des plus faibles et des petits puisque les vaches n'avaient pas de lait pour les nourrir. Pour éviter cette situation au centre, dans les villages des stagiaires nous avons récolté l'herbe verte et sèche des chemins et les terres en jachère, les tiges de mil et du maïs. En faisant ce travail nous avons de l'herbe pour les animaux et nous évitons les feux de brousse dans le Centre. Ils ont compris qu'ils peuvent faire la même chose dans leurs villages.

Les stagiaires ont vu que, avec la paille, on peut augmenter la production de fumier et du compost et de cette façon augmenter la production des champs et enrichir la terre. Nous voulons leur faire comprendre qu'il faut associer agriculture et élevage pour être de bons agriculteurs.

Le centre encourage l'élevage des volailles. Chaque famille dispose d'un poulailler à côté de la maison pour élever des poules et pintades.

Les lapins et brebis se reproduisent bien. Les brebis donnent beaucoup de fumier.

7.1. TABLEAU DE LA PRODUCTION ANIMALE DU 30/03/99 AU 30/03/2000.

ANIMAUX

N° Têtes au début

Naissances

Ventes

Morts

N° têtes à la fin

Ovins

90

58

84

9

55

Bovins

42

3

12

3

30

Lapins

42

97

26

30

83

Porcins

4

20

16

2

6

Volailles

12

27

15

5

19

8. - SESSIONS DE L'INADES :

La première session a eu lieu le 15 et 16 juin 1999 elle a été animée par M Edouard Sablé Yombik, Mlle Katanga Mazalo et Mlle. Houetognon Sélome.

La deuxième session a eu lieu le 4 et 5 octobre 1999 et a été animée par M Edouard Sablé.

La troisième session a eu lieu le 20 et 21 décembre et M Sablé a été l'animateur.

8.1. PREMIERE SESSION :

Dans cette première session après les présentations les animateurs ont posé des questions aux stagiaires pour qu'ils arrivent à comprendre les objectifs du centre. La question posée : "Dites tout ce qui rend la vie difficile au village". Les stagiaires ont exprimé des doléances au lieu des contraintes. Ces doléances pouvaient se résumer : problème: de se regrouper, de santé, de manque d'équipement pour la culture attelée, alphabétisation, pauvreté et famine, pauvreté des sols, …

Après cela on leur a demandé comment la formation qu'ils reçoivent au Centre leur permet de résoudre ces problèmes. Ils pensent que la formation les aide à franchir ces obstacles mais ils se plaignent que le centre n'équipe plus les stagiaires à leur sortie du centre.

Dans une autre session on leur a demandé de citer trois raisons pour les quelles ils sont venus au centre. Pour tous la réponse était qu'ils voulaient bénéficier d'un équipement de culture attelée en fin de stage. Pour certains la formation sans équipement n'a pas d'importance.

Par contre les femmes apprécient la formation du centre parce qu'elles peuvent avoir de nouvelles connaissances et améliorer leurs conditions de vie au village.

Sur la formation qu'ils attendaient au centre, ils ont répondu en citant les activités qui se font déjà au centre.

La conclusion de la session est que les stagiaires n'apprécient pas la formation qu'ils reçoivent au centre et qu'ils attendent toujours que le centre les équipe à la fin de leur stage. D'un autre côté les stagiaires de 2ème année semblent intoxiquer et décourager ceux de 1ère année et les hommes influencent négativement l'expression des femmes.

8.2. DEUXIEME SESSION :

Cette deuxième session a permis aux stagiaires de réfléchir sur les connaissances acquisses depuis la rentrée d'avril. Ils ont mentionné :

8.2.1. Formation aux techniques agricoles :

La préparation des champs, la date de semis, le choix et traitement de semences, les labours et le billonnage, ( et d'autres labours des champs), l'utilisation du compost et du fumier, l'épandage d'engrais, la lutte contre l'érosion, la culture attelée, le logement, soins et alimentation des animaux…

8.2.2. Formation et gestion :

Comment produire plus, gestion de l'exploitation et de la récolte, prévision des moyens de production, planification des activités dans le temps, puériculture, couture, alphabétisation, formation humaine et religieuse, …

8.2.3. Hygiène et santé :

Hygiène de l'eau et de la nourriture, hygiène corporelle et de l'habitat.

Dans le cadre de la session l'animateur a proposé une visite à un champ d'un paysan pour que les stagiaires puissent faire une valorisation à partir de leurs connaissances. Ils ont relevé les points forts et faibles à partir de leur formation.

Dans la session suivante l'animateur a fait une réunion par couples et leur a demandé de penser à trois améliorations à faire dans leur village à partir de la formation reçue au Centre.

Certains couples ne sont arrivés à aucune conclusion; d'autres ont signalé : Stocker l'herbe pour nourrir les animaux, faire une pépinière, faire la couture, faire le compost, lutter contre l'érosion, faire la rotation de cultures, scolarisation des enfants, dialoguer à l'intérieur de la famille, bien éduquer les enfants, améliorer l'élevage, respecter le dates de semis…

8.3. TROISIEME SESSION :

Après une introduction et un rappel de la dernière session l'animateur leur a expliqué le but de la session : faire le bilan de l'année au centre pour dégager les points forts et les insuffisances de la campagne agricole pour leur permettre de répondre aux exigences de leur nouvelle vie au village.

Pour l'évaluation de l'année au centre on a fait tableau avec les résultats de la récolte de 98-99 et celle de 99-2000. Pour la récolte de l'année, manquait le rendement des arachides et du maïs.

Les stagiaires ont fait des remarques. Dans l'ensemble la campagne 98-99 a été meilleure que celle de cette année. Les causes du faible rendement de la présente campagne : excès de pluies, mauvaise qualité d'une partie de certaines semences (maïs), les maladies qui ont attaqué certaines cultures, le fait de ne pas faire l'entretien à temps(selon le calendrier agricole), épandage des engrais à faibles doses, manque d'intérêt pour le travail au niveau des stagiaires (paresse)…

L'animateur leur a demandé de réfléchir sur les critères pour choisir les cultures. Les réponses suivantes se sont dégagées : tenir compte des besoins de nourriture et d'argent, de la force du travail disponible, bien connaître la qualité des sols, connaître les rendements à l'hectare, tenir compte de la pluviométrie, utiliser des semences de bonne qualité, savoir bien vendre la récolte..

La gestion des récoltes a été un autre point de réflexion. L'animateur a voulu prendre un couple, comme exemple pour voir comment ils avaient géré la récolte passée, mais l'exercice n'a pas marché parce qu'ils étaient incapables de se rappeler comment ils avaient géré la récolte. Néanmoins certains principes ont été dégagés :

8.3.1. L'homme et la femme doivent décider ensemble de l'utilisation de leurs biens.

8.3.2. Les dépenses doivent être faites avec soin.

8.3.3. Les dépenses inutiles sont à éviter( boissons, funérailles, cadeaux de prestige)

8.3.4. Bien choisir ses productions pour pouvoir satisfaire tous ses besoins.

8.3.5.Le couple doit être moins dépendant de la grande famille.

8.3.6. Privilégier les dépenses de production, l'investissement, et les amortissements.

Le dernier point traité a été sur le comportement de l'ancien stagiaire au village. Ils ont retenu les points suivants :

8.4.1. Bien appliquer la formation reçue.

8.4.2. Partager les nouvelles connaissances avec les autres.

8.4.3. Former des groupements.

8.4.4. Poursuivre les cours d'alphabétisation.

8.4.5. Avoir de bonnes relations avec le centre et le village.

8.4.6. Ne pas imposer les idées mais aider à réfléchir.

8.4.7. Epauler son épouse afin qu'elle puisse appliquer effectivement les connaissances acquises au Centre.

Cette dernière session a eu de moments de tension due au mauvais résultat de récoltes et de la perspective pour l'année prochaine pour les stagiaires de deuxième année.


9. - AGENDA :

9.1. Avril 99 :

Le 6 avril arrivent les 24 familles.

Du 7 au 10 réunion avec les stagiaires pour préparer la campagne agricole. Le centre aide l'enfant d'un ancien stagiaire, dont la maman était décédée pendant son stage au centre.

Du 12 au 17 les stagiaires élaguent les arbres des champs et de la ferme et dégagent le ciment de la vieille fosse à compost afin d'être utilisée. Le 17 nous avons une réunion avec les anciens de Nanergou. Ils exposent les attentes pour le futur.

Le 22 le Frère Privat descend à Lomé pour se faire opérer des genoux.

Du 26 au 30 construction d'une digue pour retenir l'eau du marigot. Les grandes pluies de juillet l'emporteront. En même temps il y a le nettoyage de champs. Le 27 avril est né le premier enfant (garçon) de la campagne 99-2000.

9.2. Mai 99 :

Naissance le 2 mai d 'une fille. Elle est née à l'hôpital de Dapaong et a dû rester une semaine à la Pédiatrie.

Comme il ne pleut pas nous poursuivons les travaux d'entretien du Centre : ranger les troncs d'arbres, mettre de la latérite sur les chemins, éviter l'eau stagnante des douches, creuser une fosse à compost.

Le 6 nous avons la première réunion avec les coordinateurs des anciens stagiaires et nous organisons les activités de la campagne.

Le 15 mai nous avons la fête de saint Jean Baptiste de La Salle avec une messe, jeux de kermesse pour adultes et enfants et match de foot dans l'après midi. La nuit, soirée dansante jusqu'à l'aube.

Nous commençons les réunions par secteurs, le 11 c'était avec les secteurs de Tami Centre et Finkouloute, le 18 avec ceux de Tonte et Gbatanague et le 27 avec les anciens de Tanlongue et Gabongbon.

Tous les vendredis nous faisons une réunion avec les moniteurs et les stagiaires. Ils manifestent leur mécontentement parce que le centre ne leur donne pas gratuitement la nourriture.

A partir du 22 mai nous commençons les travaux de maçonnerie et menuiserie pour l'entretien du Centre. Ces travaux vont se poursuivre jusqu'au mois de décembre.

Une pluie de 36 l/m2 nous permet de semer le sorgho rouge vers la fin du mois ;

Les femmes et les gardiennes ont les cours pratiques de cuisine le jeudi matin.

9.3. Juin 99 :

Le Centre prête les outils nécessaires au village de Kongkongban pour nettoyer leur puits.

Le 3 nous faisons la réunion des anciens à Naki et à Nanergou et nous finissons le premier tours des réunions par secteur. Monsieur Tchable a été choisi coordinateur du secteur de Naki.

Pendant ce temps les stagiaires vident les fosses à compost et à fumier et transportent le fumier et compost aux champs.

L'absence de pluie décourage les stagiaires et ils se demandent ce qu'ils vont manger cette année.

Les sœurs de Lotogou viennent au Centre pour faire la couture et le tricotage avec les femmes et jeunes filles des villages proches du Centre. Cette activité, dans un premier moment attire beaucoup de femmes et des filles mais quand les travaux commencent elles sont moins nombreuses et moins régulières.

Le 12 mai, samedi, nous faisons une messe avec les stagiaires et les anciens pour prier pour tous ceux qui sont passé par le centre et sont déjà morts, en particulier les Frères Juan Rubio, Pablo Gurruchaga, Padro Ibañez et monsieur Boniface Damtaré.

Le 16 juin une fille est née.

Les 15 et 16 nous avons la première session de l'INADES.

Dans la réunion des coordinateurs, le 14 nous évaluons les réunions par secteurs et il est décidé l'achat de vélos pour chacun des 9 coordinateurs. Ils vont participer avec 7.000 francs CFA Le vélo sera utilisé pour communiquer entre les anciens stagiaires de la zone et le centre. Dans 5 ans il y aura renouvellement des vélos.

Une petite pluie à la fin juin nous permet de re-semer le sorgho rouge et le petit mil.

9.4. Juillet 99 :

Le 1er juillet est tombée une pluie qui a permis de semer le maïs et les arachides. Le champ de mil est brouté par les chèvres et moutons des voisins.

Avec l'aide d'ADESDIDA nous pouvons acheter les vélos pour les coordinateurs, faire une barrière australienne pour empêcher les animaux d'entrer par la porte principale et refaire en ciment les poulaillers des stagiaires.

Les cours d'alphabétisation d'adultes et d'enfants se poursuivent, les enfants progressent plus que les adultes.

Monsieur Aleix Vilalta, professeur du Collège La Salle Mollerussa arrive le 12 de l'Espagne. Il nous apporte le nécessaire pour faire une petite installation d'énergie solaire. Il a aussi préparé un conteneur, avec du matériel agricole, habits, matériel électrique, etc., qui arrivera au Centre vers la fin du mois.

Nous commençons le deuxième tour des réunions avec les anciens et à partir de leurs demandes nous commençons à prévoir des projets : boîtes à pharmacie, écoles, puits, matériel agricole, stages de couture, tricotage et hygiène, etc… Les fortes pluies nous empêchent d'arriver à certains villages et lorsque nous arrivons nous ne trouvons pas les paysans, qui sont aux champs.

Du 19 au 24 nous recevons la visite de Monsieur Javier Sánchez, chargé des projets de PROYDE, il vient pour faire connaissance avec les pays africains où travaillent les Frères des écoles Chrétiennes. Nous comptons sur lui et Proyde pour la réalisation de nos projets.

Vers la fin du mois les frères Denis et Privat voyagent au sud pour la retraite annuelle.

Le 26 Mlle Rosa María Poch i Claret arrive à Lomé. Elle vient pour préparer le stage de Josep Miquel Ubalde et profite pour amener en Espagne des échantillons des sols du centre afin de faire des analyses. Mlle Rosa María est professeur à l'université de Lleida, à la faculté d'agronomie.

Le 27 le conteneur sort du port de Lomé et arrivera à Tami 3 jours plus tard.

9.5. Août :

Au commencement du mois une grande pluie fait déborder le barrage de Poimongue et le matin les paysans sortent avec des coupe-coupe pour faire la pêche aux silures. Les dégâts causés par la pluie nous font penser à proposer aux stagiaires et aux anciens de réparer les routes autour du centre, puisque les autorités locales ne se préoccupent pas de cela.

Le frère Manuel Gil nous quitte pour rentrer en Espagne après un séjour d'un an parmi nous et 30 en Afrique. Les stagiaires préparent une petite fête pour dire au revoir à ceux qui s'en vont.

Nos visiteurs retournent en Espagne et leur visite nous apporte du soutien moral et matériel.

Vers le 15 la nouvelle voiture arrive à Lomé. Elle a été cofinancée par Proyde, la Mairie de Burgos et le Centre.

Les travaux agricoles se poursuivent dans l'eau et la lutte contre les mauvaises herbes. Certains travaux ne peuvent pas être faits à temps cela fait que le rendement diminue.

Le 14 "la marche de l'Évangile" franciscaine arrive au centre et le 16 ils continuent sur Tantigou Barrage.

Pendant les week-ends et les temps libre les stagiaires coupent l'herbe qu'ils donnent aux animaux et font d'autres travaux d'entretien pour avoir accès aux habits du conteneur.

A la fin du mois, le petit mil est prêt pour la récolte et la longue période de la soudure prend fin. Nous avons des problèmes pour le sécher et le battre. Mais à la fin tous les problèmes s'arrangent et les stagiaires peuvent manger le nouveau mil fruit de beaucoup de travaux et de soucis.

Huit personnes sont inscrites aux cours par correspondance de l'INADES FORMATION.

Le 30 les apprentis du foyer Don Bosco de Cinkassé nous visitent.

9.6. Septembre :

Au début du mois les frères Denis et Privat vont à Lomé et Togoville pour les réunions du sous district et la profession perpétuelle de deux Frères.

Nous commençons à penser au recrutement des nouveaux stagiaires et nous proposons aux coordinateurs d'inviter aux prochaines réunions de secteur au moins deux couples pour leur connaître et qu'ils puissent connaître aussi le fonctionnement du centre. Dans le choix des nouveaux, nous voulons donner la préférence à ceux qui habitent le plus loin du centre.

Dans les réunions de vendredi nous insistons sur la propreté des maisons et l'hygiène personnelle. En voyant les difficultés que les stagiaires rencontrent à ce propos nous leur proposons d'acheter au Centre le savon au même prix qu'au marché. Six enfants ont des problèmes de verrues nous les amenons à l'hôpital de Dapaong pour être traités.

Pour obtenir plus de fumier nous commençons à mettre une litière d'herbe aux vaches, les stagiaires se rendent compte que la production de fumier augmente et qu'ils peuvent faire de même chez eux.

A partir du 15 les stagiaires récoltent le sorgho rouge. Le rendement a été très faible dû à : l'inondation d'une partie du champ, manque de temps pour faire le sarclage et le buttage et absence d'engrais.

L'assiduité au cours est difficile pour certains, surtout les jours du marché, lundi et jeudi, il y a toujours une excuse pour être en retard, cela nous oblige à faire de sérieux avertissements aux retardataires. Trois de plus récalcitrants passent 3 jours dans leur village pour réfléchir.

Le Centre propose aux stagiaires et aux enfants qui n'ont pas de papiers d'identité de faire les démarches nécessaires pour les obtenir. 10 adultes et 6 enfants ont obtenu l'extrait de naissance.

Nous encourageons les parents à envoyer leurs enfants à l'école. Il y a au moins 5 enfants, fils de stagiaires qui vont à l'école.

Pendant le week-end du 17 au 19 trois filles sont nées au centre.

Le troupeau passe par un moment difficile toutes les génisses de l'année sont mortes et nous avons sacrifié deux vaches adultes qui étaient très faibles. Nous décidons de changer de vétérinaire et après quelques semaines avec le nouveau traitement le troupeau récupère la forme.

Vers la fin du mois nous avons organisé une tombola pour distribuer les habits du conteneur selon les heures travaillées dans des activités communautaires. Les enfants et les gardiennes ont droit à une culotte et à un tricot gratis, les adultes "achètent" selon les heures travaillées. Nous constatons que les hommes pensent surtout à eux-mêmes d'abord quand ils choissent les habits mais les femmes pensent à elles et aux enfants.

Le 26 septembre est né un garçon.

9.7. Octobre :

Au début du mois, nous avons la deuxième session de l'INADES.

A cause du changement de saison il y a beaucoup de malades, beaucoup ont des maux de ventre et la diarrhée rouge.

Le 14 Octobre arrive au centre Josep Miquel Ubalde pour un stage de 4 mois autour de son projet de fin d'études sur "La protection des sols et eaux au Centre de Formation Rurale de Tami".

Le 16 octobre nous publions le premier numéro de "Nouvelles de Tami" pour nous faire connaître et être en contact avec tous ceux qui nous aident.

Vers la fin du mois nous ramassons les premiers épis de maïs et le soja. Pourtant le maïs sera le dernier à entrer dans le sac.

Les stagiaires ont cultivé leur jardin potager, presque tout le monde y a mis du maïs, comme ils avaient mis beaucoup de fumier ils ont récolté beaucoup d'épis qu'ils ont mangés encore frais. Nous les encourageons à cultiver et des plantes et légumes pour la sauce. Il y a quelques uns qui commencent timidement et d'autres les suivent en voyant le bon résultat. Pour les encourager nous faisons une démonstration au jardin de la communauté: comment préparer une pépinière de tomates, poivrons ou aubergines. La pépinière sera utilisée dans leur jardin.

9.8. Novembre :

Le 4 novembre une fille est née au centre.

Les stagiaires finissent de récolter le soja et le maïs et commencent la récolte du coton.

A ce moment-là, il y a de l'herbe partout et les stagiaires profitent pour "faire des heures supplémentaires" en coupant et en ramassant l'herbe des chemins qui sera utilisée pour nourrir les animaux à la saison sèche. Ces heures extraordinaires leur permettront d'avoir encore des habits pour eux et leurs enfants.

Le Centre élabore un calendrier agricole suggéré dans la dernière réunion de la session de l'INADES.

Dans la réunion avec les coordinateurs nous décidons de faire la première foire agricole du centre, ouverte à tous les paysans de la région, et aux anciens stagiaires en particulier.

Le centre prend l'initiative de faire une campagne auprès de la population de la région, pour les sensibiliser contre les feux de brousse. Comme actions concrètes nous faisons une réunion avec les vieux de chacun de deux villages qui entourent le Centre, Mandjoike et Nawangue. Un autre jour pendant une session de vidéo nous sensibilisons les enfants et les petits bergers qui ne vont pas à l'école. En profitant du rassemblement des élèves de l'école primaire au mât nous leur parlons des dégâts que causent les feux de brousse. Pour finir notre campagne, nous avons une réunion avec les chefs de village chez le chef canton de Tami.

9.9. Décembre :

En décembre commencent les travaux pour faire un puits à Koag Tami, sollicité par la population et subventionné par le centre grâce à une aide d'une famille de l'Espagne. La J.A.R.C sera chargée de le faire.

Traditionnellement le mois de décembre c'était le mois de la clôture de la campagne agricole. Cette année nous avons continué les travaux de récolte sans penser pour le moment à la fête de clôture.

Le ramassage du coton est une tâche très lente et dure qui prend de temps. Les arachides posaient aussi des problèmes. Les pluies se sont arrêtées ver le 15 octobre et le sol est devenu très dur, si on veut arracher les arachides on risque de rester avec les feuilles sèches à la main. A cause de ça nous avons utilisé la charrue pour ouvrir les billons et pouvoir récolter les arachides. Cette solution a donné beaucoup de travail et une partie des arachides est resté encore enterrée. Cela a fait la fête des enfants et des cochons.

Le 7 décembre nous avons eu la première foire agricole au centre. 54 paysans ont pris part à cette foire. Les produits les plus fréquents étaient : les arachides, différentes sortes de sorgho et de mil, le coton et quelques échantillons de production maraîchère. Le jury a donné son verdict et certains ont bénéficié de petits prix. L'expérience de cette année nous aidera, sans doute, à mieux préparer la prochaine foire.

Le même jour de la foire, dans l'après midi nous sommes allés, en procession, chercher la "vierge noire" à la chapelle San Miguel de Nawangue. Les habitants du centre et ceux des alentours ont accompagné la vierge avec des chants jusqu'à la chapelle de la communauté. Le 8, fête de l'Immaculée Conception nous avons fait une autre procession pour accompagner la vierge chez elle et célébrer l'Eucharistie en action de grâce pour la récolte de l'année. Pendant la messe les paysans ont offert les prémices de leurs récoltes pour aider d'autres gens plus pauvres. La matinée a pris fin avec un pot de tchapalo.

Le 8 dans l'après midi le centre a organisé une tombola avec les habits qui restaient du conteneur. Des gens de toute la région sont venus attirés par la marchandise et les bons prix. Il y a eu tellement du monde que les pauvres plantes devant les salles de classes ont payé les conséquences. Le cheval d'Attila, le barbare, n'aurait pas fait mieux.

Le lendemain nous avons fait la dernière réunion de l'année, avec les coordinateurs. Au cours de la réunion nous avons distribué les boîtes à pharmacie et l'infirmier de Tami a expliqué aux responsables comment utiliser le contenu de la boîte.

Du 13 au 16 nous visitent Frère Ignacio García et Monsieur Martin, de Bobo Dioulasso, Burkina. Ils veulent construire un Centre agricole à Banfora et veulent connaître de près le fonctionnement de notre Centre.

Les 20 et 21 nous avons la dernière session de l'INADES. Aux mêmes dates des agents du cadastre sont venus pour vérifier les limites du Centre.

Les 24, 25, 31 et 1er, nous fêtons Noël et le Nouvel An. Pendant cette semaine tous les travaux du centre restent en veilleuse.

9.10. Janvier 2000 :

Depuis le 16 décembre jusqu'au 15 janvier beaucoup d'enfants ont été malades et certains ont dû être hospitalisés à la Pédiatrie de Dapaong. Un enfant est resté à la Pédiatrie plus de trois semaines à cause d'une infection à l'os. On l'a plâtré et comme cela n'a pas marché au bout d'un mois, il a dû être opéré et rester à l'hôpital plus d'un mois et demi.

La santé est la base du bonheur et du développement. Deux familles du Centre ont dépensé en médicament la moitié des revenus de l'année.

Le 14 janvier, on réussi à tout mettre dans les sacs. La récolte de maïs n'a pas déçu, elle a été aussi bonne que celle d'autres années. Au moment de faire les comptes de l'année le centre a récupéré tous les sacs de nourriture qu'il avait avancés et l'argent des médicaments et d'autres dépenses. Dans ces cas le centre perd, puisqu'on a calculé un prix pour le maïs plus élevé que celui du marché au mois de janvier. Malgré cela quelques stagiaires sont restés avec un minimum de nourriture pour faire face à l'année qui venait de commencer.

Comme cette année la récolte avait été maigre, les dettes trop nombreuses et nous avions déjà fêté Noël, nous avons décidé de ne pas faire la fête de clôture, comme le Centre avait l'habitude de le faire.

A partir du 22 nous avons accompagné les familles dans leurs villages avec tout ce quelles avaient. Malheureusement, cette année, les bagages n'étaient pas trop lourds.

A la fin de leur stage, parmi les 12 familles qui devaient retourner au Centre pour la deuxième année, 6 familles ont décidé de ne pas retourner et nous avons conseillé à une autre de rester au village.

Pendant les deux dernières semaines de janvier, 23 femmes, avec leurs enfants, sont venues au centre pour apprendre la couture et le tricotage. Nous avons profité de l'occasion pour leur faire quelque cours d'hygiène.

Un certain nombre de stagiaires sont restés au Centre, après leur stage, pour gagner un peu d'argent en faisant des travaux d'entretien : Peinture, lutte contre l'érosion, entretien des pépinières…


10. - TRAVEAUX ET AMELIORATIONS

10.1. AMELIORATIONS:

1.Construction d’une barrière australienne pour empêcher les animaux d’entrer et de sortir.

2.Changement du plafond, peinture intérieure et extérieure du bâtiment des classes.

3.Restauration des tables et tabourets des salles de classe.

4.Changement d’une partie des tôles du magasin.

5.Protection du sol du château d’eau et de la pompe à côté de la maison de la monitrice pour empêcher l’eau de stagner.

6.Construction d’un endroit pour faire la lessive.

7.Réparation des fentes sur les murs des fosses à compost et des étables.

8.Construction en ciment de 20 poulaillers.

9.Construction des diguettes autour des maisons pour éviter l’érosion.

10.Fabrication de 4 tables bureaux et 5 armoires pour les chambres de passage et la chapelle.

11.Installation de 4 panneaux solaires pour faire fonctionner un frigo et un congélateur.

12.Eclairage du bâtiment de la communauté avec l’énergie solaire.

13.Installation des points de lumière autour des maisons des stagiaires.

14.Matériel pour arroser les pépinières d’arbres et le jardin potager.

15.Achat de 9 vélos pour les coordinateurs.

16.Achat de matériel de tricotage pour les cours d’art ménager donnés aux femmes des villages autour du Centre.

17.Achat de livres pour les cours d’alphabétisation pour les stagiaires et les gardiennes.

18.Peinture des chambres de passage.

19.Peinture des maisons des employés.

20.Réception d’un conteneur de Catalogne avec du matériel électrique, agricole, scolaire, etc.

21. Création de 2 espaces ombragés pour des pépinières d’arbres et installation de l’arrosage par aspersion dans les pépinières.

22.Installation de l’arrosage goutte à goutte au jardin potager.

23.Installation d’une conduite d’eau pour le jardin des stagiaires.

24.Installation d’une protection autour d’un verger de manguiers et d’agrumes.

25.Réparations dans le magasin de stockage et construction d’un espace pour garder les outils.

26.Réparation de la fosse à bio-gaz.

27.Aménagement de deux tranchées de drainage dans deux parcelles.

28.Transport de pierres pour la construction de diguettes anti-érosives.

29.Construction de bancs devant les salles de classe.

10.2. ACTIVITES AU CENTRE :

1. Au niveau de la formation nous faisons 2 heures par jour de cours, de 14 à 16h. (Voir emploi du temps). Cette année nous avons changé l’emploi du temps des stagiaires pour un meilleur rendement.

Les gardiennes suivent des cours d’alphabétisation et d’arts ménagers pendant 5 heures tous les jours et les petits sont à la charge de l’animatrice pendant que les gardiennes sont en classe.

Les femmes et les gardiennes ont un cours pratique de cuisine chaque jeudi de 7 à 9 heures.

2. Suivi des anciens stagiaires et réunions des coordinateurs : toutes les matinées du jeudi sont destinées à visiter les anciens stagiaires. Chaque jeudi nous visitons 2 secteurs et à la fin de chaque série des visites, nous avons une réunion au Centre avec les coordinateurs pour évaluer et préparer les prochaines visites. Pendant ces visites les anciens stagiaires ont soulevé des problèmes et présenté des besoins. Nous avons mis en marche un plan pour demander des projets à différents organismes pour essayer de trouver des solutions à ces besoins.

3.Cours de couture et tricotage pour les femmes des villages autour du Centre. 130 femmes ont reçu des aiguilles et de la laine pour commencer le tricotage, les Sœurs de Lotogou assurent ces cours une fois par semaine.

4.Excavation de petites fosses pour éviter l’eau stagnante à côté des maisons des stagiaires.

5.Les activités agricoles de préparation des champs et les cultures correspondantes à partir du premier juillet (lorsque les pluies sont arrivées).

6.Reboisement autour des maisons.

7.Aider les stagiaires à établir leurs papiers d’identité.

8.Inscription aux cours de l’INADES de toutes les personnes qui l’ont sollicité.

9.Trois sessions d’évaluation des activités du Centre par l’INADES.

10.Réalisation d’un projet de fin d’études par Josep Miquel Ubalde de l’Université de Lleida (Espagne) sur la protection des sols et des eaux au C.F.R. de Tami.

11.Distribution des boîtes à pharmacie à tous les groupements qui les avaient demandées.

12.Stage de femmes pendant deux semaines, en janvier, pour l’apprentissage de la couture et du tricotage.

13.Evacuation des malades sur le dispensaire de Tami ou sur le CHR de Dapaong, à la demande de l’infirmier.

14.Pèlerinage à la chapelle de Notre Dame de Nawang.

15.Première Foire Agricole au C.F.R de Tami.

16.Tombola avec les objets du conteneur.

17.Réparation des routes autour du Centre.


11. - SUIVI ET ACTIVITES AVEC LES ANCIENS STAGIARES

11.1.LISTE DES VILLAGES POUR LE SUIVI DES ANCIENS STAGIAIRES 

SECTEUR

COORDINATEUR

VILLAGES SECTEUR

COORDINATEUR

VILLAGES

FINKOUTLOUTE

FARI

Yempabe

1.FINKOUTLOUTE

2.LOTOGOU

3.TIMAGUE

4.GOUSSIETE

5.KOGUETAMI

6.BAKOK

7.KOUKGADOU

8TCHANGUI

TANLONGUE

YENDOUKOA

Gabriel

1.TANLONGUE

2.TOUGBEN

3.NATCHONKOIN

4.FANLANAG

5.SABLIANI

6.NABOUAGBANE

7.PALAD

KLOUMASSI

BOTRE

Kombate

1.KLOUMASSI

2.MAGOU

3.MIRE

4.POKPERA

5.NADJET

6.NABAGOU

7.TAMPIALIM

 

 

TONTE

KOLANI

Folkat

TONTE

NACRE

NIOUKPOURMA

WANGBAN

KONKONBONI

NAKIYIOUGOU

SANFOUG-

BANGBO

TAMBONI

YENYAN

PIABREBAGOU

TAMI CENTRE

KOLANI

Lamboni

1.NAWANGUE

2.TAMI ZONGO

3.KONGKOMBANE

4.TIMPIONGUE

5.BOMPAK

6.POMANGUE

7.MANDJOAKE

8.NATCHARE

NAKI

LABONI

Tchable

1.BASADOUGOU

2.YOABRE

3.BOUYEME

4.NAYENGUE

5.NAMONGUE

6.NAKI CENTRE

7.KONKONMONI

8.TOUTOAGBAN

NANERGOU

DOUTI

Nagnan

1.NANERGOU

2.NADJOUNDI

3.KAMBERE

4.KOKOMONTE

5.TCHAKOUNKOUN KON

6.KOSSOGO

7.SEOSAMBIANI

8.NAMOBEDOUBA

9.NABOULPIOK

10.SIBORTOTI

11.KONI

12.NATIGOU

13.MOREDJOAK

 

GABONGBON

 

 

 

 

 

 

LARE

Arzouma

1.GABONGBON

2.TALONA

3.KARIATA

GBATANAGUE

KOMBATE.

Balboa

1.GBATANAGUE

2. BOSSINAGUE

3.NAMPANTE

4.WANGANTE

5. YADOUTE

12.NAGBATANGUE

6.TOUPIATE

7.SANBONAI

8.TOUMONGUE

9.NAKPATAM

11.DJADOULIGBANE

10.KOUKANBAN

11.2 CALENDRIER POUR LE SUIVI DES ANCIENS STAGIAIRES

 

SECTEUR

MAI

JUIN

JUIL

AOÛT

SEPT

OCTO

NOVE

DECE

NAKI

NANERGOU

 

3

 

5

2

 

4

 
NAWANGUE

FINKLOUT

11

22

 

12

23

 

11

 
GBATANANG

TONTE

20

 

1er

19

 

7

18

 
GABONGBON

TANLONGUE

27

 

8

26

 

14

24

 
KLOUMASSI

 

10

15

 

9

21

 

2

REUNION COORDINAT.

6

14

22

 

16

28

 

9

11.3. REUNIONS ET ACTIVITES :

L'évaluation de l'INADES en 1993 sur le Centre et ses activités avait signalé les suivi des anciens comme une activité qui avait était négligée. Nous avons décidé de consacrer un jour par semaine à cette activité. Les activités du suivi peuvent se résumer en quatre volets :

11.3.1. Réunions avec les coordinateurs :

Nous avons fait la première réunion le 6 mai à 8h 30 au Centre. Dans cette première réunion nous leur avons demandé de fournir la liste complète des anciens stagiaires de chaque secteur. Cette activité a pris toute l'année et une partie de l'année suivante.

Nous leur avons demandé la liste des activités dans chaque secteur. Beaucoup d'anciens s'étaient associés à de groupements existants, comme ceux de la JARC. Ils ont fait comme activités : Banque de céréales, culture des champs collectifs, Caisses d'épargne, fosses à compost, …

Pour le futur ils ont demandé qu'on les aide à : faire l'élevage de porcs et de moutons pour avoir le fumier, bâtir des magasins de stockage pour les vivres, avoir le matériel pour faire les fosses à compost: pelles, pioche, brouettes, fourches, etc.…

Dans ces réunions des coordinateurs nous faisions une évaluation des réunions par secteurs et en même temps nous préparions les réunions prochaines. Au cours de ces réunions, sont sorties des propositions pour les projets tenant compte des besoins exprimés par les anciens stagiaires dans les réunions par secteurs.

11.3.2. Réunion par secteurs :

Nous avons fait plusieurs réunions par secteurs, voir le calendrier. Pendant les mois d'août et septembre nous n'avons pas pu atteindre certains village parce que les ponts étaient cassés ou les routes coupées. Il est arrivé aussi que les anciens stagiaires aient oublié la date de la réunion ou qu'ils avaient du travail aux champs.

Les activités proposées et réalisées étaient ouvertes à tout le village et non seulement aux anciens stagiaires.

Les femmes et les hommes ont participé à ces réunions dans lesquelles nous leur avons proposé des activités dans trois domaines :

La santé : Faire des puits pour avoir de l'eau potable à boire et des pharmacies villageoises, avec des produits de base : aspirine, chloroquine, paracétamol, alcool, bétadine, coton, sparadrap, et bandes.

L'éducation : Inscription aux cours de l'INADES par correspondance, pour ceux qui sont capables de lire et écrire, cours d'alphabétisation au centre ou dans les villages où il existe déjà un endroit pour les faire, cours d'arts ménagers au Centre une fois par semaine pour les femmes et jeunes filles proches du Centre et un stage de deux semaines pour les femmes et jeunes filles qui habitent loin du Centre.

Le développement : Achat du matériel agricole pour faire des fosses à compost, reboisement, lutte contre l'érosion, construction des écoles pour les villages qui ne disposent pas encore d'une école, une salle polyvalente où chaque secteur se réunit et fait des activités, magasins de stockage et jardins potagers.

11.3.3. Visites au village :

Vers la fin de l'année nous avons visité quelques villages qui avaient sollicité soit une école ou un puits. Nous avons parlé avec la population pour vérifier les besoins. Voici les villages visités: Moredjoak, Namongue, Kamberé, Nayengue, Koag Tami

11.3.4. Projets:

Projets

Villages qui demandent les projets

Ecoles

GABONGBON

SEOSAMBIANI

KAMBERE

 

YAMBOLE

BEGUE-NAGUE

MOREDJOAK

 

GBATANAGUE

TAMI CENTRE

JARDIN D'ENFANTS

Puits

TAMBONI

SABLIANI

POUKPERA

 

KARIATA

NABOULPIOK

NADJUNDI

 

MIRE

BAKOK

KONKONBONI

 

GABONGBON

SEU SAMBIANI

GBATANAGUE

 

BASSADOUGOU

SANFOUG-BANGBO

SANGBANGUE

Salles Polyvalentes

NANERGOU

TONTE

TANLONGUE

 

NAKI

GBATANAGUE

GABONGBON

 

FINKOUTLOUTE

TAMI

 
 

KLOUMASSI

NADJUNDI

 
       

11.4. Activités réalisées cette année :

Nous pouvons recenser les activités suivantes : La réunion des anciens au Centre pour une Messe pour les Frères, moniteur, et anciens stagiaires décédés, le puits de Koag Tami, 8 boîtes à pharmacie, bénéficiant à plus de 100 familles ; 9 vélos pour aider les coordinateurs dans leurs déplacements, stage de couture, tricotage et hygiène en janvier pour 23 femmes, la foire agricole du 7 décembre et la demande des projets à des organismes.

Nous avons pu faire ces activités grâce à l'aide d'ADESDIDA, POYDE/PROIDE d'une famille de La Jonquera, la famille d'un Frère d'Espagne, et d'autres donateurs privés.


12.- COOPERATION CFR de Tami - UdL.

Dans notre souci de nous ouvrir et mieux mettre en marche le projet du Centre nous avons pensé à être en contact avec des organismes dans le monde du développement et de l'agriculture. En Espagne nous avons contacté Rosa María Poch i Claret, professeur Sciences du sol et de l'environnement l'université de Lleida. A travers elle, nous avons mis en marche un premier projet sur "La protection des sols et des eaux au C.F.R de Tami". Elle-même est venue au Centre le mois de juillet- août pendant des semaines pour étudier, sur le terrain les sols du Centre et la possibilité de réaliser le projet.

Le mois d'octobre est arrivé Josep Miquel Ubalde, l'étudiant qui devait réaliser le projet. Il est resté 4 mois au Centre. L'expérience a été très intéressante pour lui-même et pour le Centre. Voici son témoignage de cette expérience :

« Je suis étudiant "ngénieur forestier" à l’Université de Lleida, Espagne. Sous la direction du Docteur Mle. Rosa Maria Poch i Claret, j’ai fait un projet de conservation des sols et des eaux au Centre de Formation Rurale de Tami. Dans le projet, je propose des solutions pour lutter contre l’érosion du marigot, la systématisation des parcelles avec des haies vives, des systèmes d’évacuation de l’eau, la carte des sols et la topographie du Centre.

C’est la première fois que je viens en Afrique et que j’étudie un thème qui m’intéresse beaucoup, celui de la conservation des eaux et des sols. J’ai aussi envie de connaître un monde diffèrent et de contribuer, dans la mesure de mes possibilités, à son développement.

Les premières semaines je voyais les choses d’un point de vue exotique : les gens, les soukalas, la savane africaine, si typique..., tout un monde diffèrent. Après voir vécu avec les gens pendant quelques semaines, j’ai laissé la vision exotique et j’ai commencé à avoir une vision plus réaliste. Je vois que les gens sont très simples et traditionalistes, avec très peu de formation. Ils n’ont presque rien. Tout cela justifie leur faible capacité d’assimilation des nouvelles connaissances et leur manque d'intérêt pour tout ce qui ne rapporte pas un bénéfice direct ou immédiat. J’espère que la formation réveillera en eux le besoin de progresser. Ils commenceront à mettre en application certaines techniques qui permettront leur développement, seulement quand ils en auront besoin».

Après avoir évalué cette expérience très positive, un projet a été présenté au Centre International de Coopération de l'université de Lleida pour une durée de trois ans pour pouvoir continuer la tâche commencée. En juillet prochain viendra un autre professeur de l'université, María Teresa Sebastià pour préparer le travail d'un étudiant en "pâturage" et plus tard un autre en "élevage". D'autres thèmes à étudier seront : la culture maraîchère, la formation, les sols, etc…


13. RAPPORT FINANCIER

13.1.Dépenses:

13.1.1.Salaires1.876.721

13.1.2.Dépenses des stagiaires 825.934

13.1.3.Installations et Production 4.098.907

13.1.4.Voitures et engins 3.336.607

13.1.5.Social 689.073

13.1.6.Extraordinaires 8.917.602

13.1.7.Réalisation des projets 1.350.252

TOTAL DE DEPENSES: 20.744.844

13.2.Recettes:

13.2.1.Produits intérieurs 4.238.105

13.2.2.Produits extérieurs 14.795.826

TOTAL DE RECETTES: 19.033.931

SOLDE: - 1.710.913

(Les comptes sont en Francs CFA.)


14. - REMERCIEMENTS

Nous voulons remercier tous ceux qui ont fait possible la réussite de l'année malgré toutes les difficultés et problèmes, tous ceux qui nous appuyé et encouragé de près ou de loin, tous ceux qui nous ont aidé économiquement ou avec leur travail personnel et tous ceux qui nous ont visité.

Je voudrais nommer des personnes et de groupes en risquant toujours d'oublier quelqu'un :

Le personnel du Centre et les stagiaires.
L'Évêché de Dapaong.
Les Frères des Ecoles Chrétiennes du Sous District et de l'Espagne.
PROYDE et PROIDE.
ADESDIDA( Association pour le développement économique et social du diocèse de Dapaong).
INADES-FORMATION.
EL EXCELENTISIMO AYUNTAMIENTO DE BURGOS.
UdL (UNIVERSITAT de LLEIDA)
Les Collège de La Salle de: SANTA COLOMA DE FARNES, GIRONA, PALAMOS, CASA, FIGUERES, REUS, MOLLERUSSA.
LA ESCUELA AGRARIA ET LA COMMUNAUTE DES FRERES DE LA SANTA ESPINA
LA FUNDACION DE LA SANTA ESPINA.
La Delegació de Missions de Barcelona.
Monsieur Secundino Fernández et son épouse.
Le Frère Paulino et sa famille.
Don José Luis González.
Monsieur Aleix VILALTA sa famille et tous les collaborateurs del Plà d'Urgell.
Mlle Mónica Jal .
Mlle Rosa María Poch i Claret.
Josep Miquel Ubalde
Mme Andrée LOIGEROT.
Mme. Anna María Picas et sa famille.
Monsieur Miguel PEREZ LOBATO et sa famille.
Le Frère Josep Mestres et sa famille.
Juan Carlos CANCA.
ASSOCIATION PAROISSIALE EDUCATION POPULAIRE DE GRAND-CHARMONT.


15. - CONCLUSION

L'année qui vient de finir a été difficile mais par fois les événements qui peuvent nous sembler négatifs, lorsque nous les regardons avec une certaine perspective, nous aident à progresser et à éclaircir les situations. On dit que Dieu écrit droit sur des lignes courbes et cela nous le réalisons plus tard.

Le Centre de Tami est composé par de personnes avec ses qualités et ses limitations mais nous tous avons quelque chose à apporter aux autres et la richesse du Centre a été que chacun a donné le mieux qu'il avait en lui. Cette disposition nous fait surmonter les difficultés et arriver jusqu'au bout.

Les expériences de l'année passée nous servent pour améliorer cette année en cherchant toujours le bien des familles qui vivent au Centre et des anciens stagiaires aux villages. Le centre a cherché à apporter sa petite collaboration au développement de la Région.

Le Centre de Tami a été le fruit d'un homme qui avait une vision de futur et un engagement sérieux avec les gens de cette région. Mgr HANRION a été cet homme qui a cherché le développement intégral de la personne. Il a voulu que les gens apprennent à pêcher pour ne plus avoir besoin qu'on leur donne un poisson chaque jour. Le rêve de Mgr HANRION est devenu une réalité grâce à la collaboration d'autres hommes et femmes qui ont laissé leurs vies dans le travail caché, simple et humble de tous les jours pendant 27 ans. Le meilleur hommage, que le Centre de Tami peut rendre à la mémoire de Mgr HANRION, est de continuer à travailler sans se décourager avec les pauvres paysans de la région en leur apportant la formation qui leur permettra de nourrir leurs familles, envoyer leurs enfants à l'école, avoir le nécessaire pour se faire guérir en cas de maladie et leur faire comprendre que Dieu les aime et qu'ils sont ses préférés.

Nous arrivons à la fin d'une étape mais le chemin est encore long et nous devons le poursuivre en travaillant à côté de nos stagiaires, en essayant de trouver les méthodes les plus adéquates à leur niveau et à leur situation.

Nous voulons faire une place de choix aux femmes et aux enfants du centre, leurs donner les moyens pour se former et pour se trouver à l'aise le temps qu'ils resteront parmi nous. Si nous formons les femmes elles deviendront, à leur tour, les meilleurs agents de développement et les enfants pourront aller plus loin que leur parents s'ils profitent bien de la formation.

Le dernier mot veut être de remerciements pour tous ceux qui réalisent, jour après jours, le rêve de Tami : SEMER L'AVENIR.


Fr. Felipe García.